Bientôt en ligne…

Le Polygone…

insta

J’ai commencé mon aventure sur la blogosphère il y a bientôt 10 ans maintenant : après un peu de trifouillage sur le net, de visites de blogs notamment américains (je me rappelle les layouts entièrement personnalisés en vector art de certaines blogueuses-graphistes-en-herbe de l’époque), de codage, de photoshopage, de racontage de vie, j’ai finalement délaissé le web et mon ex-blog mode & lifestyle chéri « Frenchick.fr » pour me focaliser sur mes études. (Eh oui, deux ans de blog mode à raison d’un article par jour, c’est plutôt très chronophage !)

Et maintenant ? Maintenant je vais sur mes 26 printemps (oh god), je suis en dernière année d’école de commerce et travaille actuellement en tant que stagiaire « Assistante Marketing & Communication » (l’intitulé qui fait genre classe, pompeux et obscur… Mouahah) pour les centres commerciaux POLYGONE (Montpellier & Béziers) ! Aaaaaah Le POLYGONE…! Si j’avais imaginé un jour travailler pour mon lieu de prédilection à Montpellier, le Temple du shopping que j’arpente religieusement et quasi-quotidiennement depuis pas mal d’années maintenant…! Bref, beaucoup de bonheur dans mon coeur de Polygo-shoppeuse-accroc-à-la-mode ! D’autant que j’ai une marge de manoeuvre plutôt sympa pour entreprendre ce qui me plaît : un concours « mini-shooting à gagner pour les Montpelliéraines du Shopping » par exemple =)

Le POLYGONE, c’est 120 enseignes « mode / beauté / déco / alimentation » ouvertes jusqu’à 20h, c’est un lieu culte pour les montpelliérains (surtout montpelliéraines en fait, il faut l’avouer), véritable centre névralgique qui relie la mythique place de la Comédie au quartier Antigone. En ce qui me concerne, j’adore :

– y faire du shopping bien-sûr : de Sandro & the Kooples (aux Galeries Lafayette) en passant par l’Occitane, Zara (GROS <3), et Minelli (liste absolument pas exhaustive),
– déambuler durant des heures devant les présentoirs Sephora à la recherche du mascara / eye-liner / rouge-à-lèvres / fond de teint / pinceau / blush (aucune mention inutile) parfait, en swatchant tout ce qui me tombe sous la main.
– m’approvisionner chez Monoprix (bon pas trop trop souvent, budget de stagiaire oblige, mais je les trouve tellement cool-citadins les Monop’) parce qu’il y a Kusmi Tea, des mugs scandinaves trop jolis à un prix pas excessif, mes chips à base de soja TooGood, des sushis et même mes délicieux scones aux raisins secs.
– commander mes sempiternels pavot-poulet / bretzel / briochette / benoiton complet fruits secs / bouteille-de-coca-zéro chez Paul les midis
– prendre un muffin ou et un smoothie ou un café chez Bocadillos pour le goûter quand j’ai de la marge niveau adipeux ou que j’ai prévu d’aller cracher mes poumons après
– m’inspirer côté déco chez Habitat : baver devant le canapé d’angle et la bibliothèque design, repartir avec une guirlande lumineuse et de la vaisselle
– rêver devant les objectifs grand angle ou les écrans plats qui font la taille de mon salon à la FNAC
– scruter les tenues des montpelliéraines stylées qui s’y pressent
– admirer les décorations de Noël l’air béat telle une gosse
– et plus que tout FLÂNER !

Bref, au-delà de l’aspect « Temple de la consommation« , j’apprécie l’expérience au POLYGONE; la plupart du temps, j’aime simplement m’y balader et découvrir les nouvelles collections, sentir les odeurs des pâtisseries Paul ou les effluves de l’expresso chez Alto Café, voir l’effervescence les samedis après-midi, toute cette foule de sudistes (et donc autant de démarches cool, nonchalantes « tranquille la vie » qui vont avec). J’ai juste l’impression de m’y sentir « chez moi », un endroit à taille humaine avec une bonne sélection d’enseignes qui figurent parmi mes marques favorites.
Et donc pour toutes ces raisons, maintenant, j’adore aussi… y travailler et avoir l’opportunité d’évoluer encore plus dans cet environnement ! (non, adorer travailler n’est plus un oxymore désormais ^^) (Même si j’ai déjà eu l’occasion d’y travailler dans le cadre d’un job étudiant en tant que vendeuse chez André il y a quelques temps maintenant, une bonne expérience formatrice même si mes jambes se souviennent de mon premier jour -les soldes…!- avec douleur !)

(Et comme il faut croire que dès qu’il est question de mode, de shopping et donc du Polygone, j’ai l’esprit corporate, eh bien je vous invite à suivre les actualités en images des POLYGONE of course : @polygonemtp & @polygonebeziers 😉 )

Bref, pour en revenir à ma passion pour le web et la mode, elle ne s’est pas tarie pour autant et la photographie s’est imposée tout naturellement en bon compromis; j’ai donc lancé un portfolio en ligne pour partager les shootings que j’organise lors de mon temps libre. (Vous l’aurez compris avec l’organisation du mini-shooting Polygone entre autres, j’adore ça la photo.) Bon, la photo et le racontage de vie aussi. Ben tiens, pourquoi ne pas faire un blog alors ? NOUS Y VOILÀÀÀ !

Et comme tous MontpellieRois  et MontpellieReines qui se respectent, je suis chauvine, j’adore ma cette ville, le plaisir de découvrir et redécouvrir au quotidien mes places fétiches, les boutiques, bars, restos, expos, événements qui font sa réputation. Et je ne suis pas une fille pour rien (cf. le 1er article de ce blog), j’aime plutôt beaucoup beaucoup parler beauté aussi. Alors voilà, ce blog sera un melting pot de mes passions : la mode un peu, la beauté beaucoup, Montpellier passionnément et la photo à la folie !

no comments
Add a comment...

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

Le MIA par Pascal Sanchez

 

IMG_6418

 

Bon. Je crois qu’il ne pouvait en être autrement…
Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais c’est dans le bâtiment RBC Design Center qui abrite jalousement les talents, que dis-je, le don de Pascal Sanchez, que m’est venu ce déclic : l’envie d’ouvrir ce blog pour partager mes petits moments de kiff bonheur (pour les puristes) quotidiens à Montpellier !
Là, dans la salle de restaurant aux lignes contemporaines, design et épurées (à l’image du mobilier RBC dont on peut admirer le showroom directement du restaurant) ou encore sur la terrasse qui fait face à un mur d’eau colorée (sisi), j’ai eu une sorte de révélation, gustative mais pas que.

Bon alors, ok, le MIA c’est quand même un restaurant « Moderne, Créatif, Néobistrot, Gastronomique » selon le Guide Michelin, oui, rien que ça. Donc d’emblée, on peut présager que ces qualificatifs pleins de promesses assurent une addition à la hauteur de ce moment d’exception « Moderne, Créatif, Néobistrot, Gastronomique« . Et pourtant ! Le rapport qualité/prix est plutôt pas mal comparé à tous les autres « Moderne, blablabla » que j’ai pu tester.

Le MIA d’abord, c’est un lieu. Il faut dire que je suis peut-être un chouïa biaisée, le quartier dans lequel il se situe est mon préféré de Montpellier (Port Marianne). A l’image des nouveaux quartiers de la Surdouée, l’architecture du bâtiment RBC dessiné par Jean Nouvel est épuré, design et contemporain (ah oui, je l’avais déjà dit ça, zut) donc qui aime Montpellier, aime le cadre du MIA et vice versa.

Ensuite le service : agréable, souriant, prévenant, avenant tout en restant discret, bref qui aime les montpelliérains, aime l’équipe du MIA et vice versa.

Et puis… rohlala… le menu quoi ! Oh ça mériterait bien un hashtag #foodporn tant le plaisir gustatif est intense. Et comme des photos valent mieux qu’un long discours (ah zut, trop tard)…
Bref, le MIA, c’est mon adresse préférée à Montpellier.

1

montagemia

mia01

mia09

no comments
Add a comment...

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

Daily routine

1

Aaaah voilà une section « fiiiille » qui me tient particulièrement à coeur. Initiée dès mon plus jeune âge aux gestes « beauté » par ma môman (et sûrement un chouïa trop jeune au vu du « Eh ben Géraldine, tu t’es vidée le pot de fond de teint sur la figure ou quoi ?! » lancé par une « copine » de collège en mode poissonnière dans la cour de récré *j’ai mal à mon egooo*), je débute cette catégorie par un passage en revue de mes basiques testés et approuvés au fil des années. J’ai toujours plus ou moins su que le Graal ultime était… de ne pas avoir l’air maquillée. Et force est de constater que cela s’avère… laborieux : délicat de trouver les produits juste parfaits pour soi (qui subliment subtilement) ET les gestes adéquats (parcimonieux, précis, généreux, etc. *liste non exhaustive*). Quoiqu’il en soit, j’ai progressivement trouvé une routine beauté qui me convient vraiment bien avec, en prime, quelques très bonnes surprises trouvées récemment.

CÔTÉ SOINS

J’avoue être plutôt infidèle, j’aime papillonner de produits en produits dans l’espoir de trouver THE substance magique qui photoshopera instantanément ma peau (ou allez, disons sur le court/moyen terme, je ne suis pas aussi perchée dans le monde des bisounours-beauté). Malgré tout, les produits PAYOT font un peu office d’exceptions puisqu’ils me suivent depuis un paquet d’années maintenant. Je pense que cette fidélité s’explique par la performance de la fameuse « Pâte Grise » qui m’a sauvé la mise la veille d’une photo de classe en réfrénant considérablement une poussée d’acné virulente. Son odeur caractéristique et plutôt insoutenable m’a confortée dans l’idée que cette mixture bizarre ne pouvait qu’être efficace. Et fort heureusement pour le déroulement paisible de mes années collège, elle le fût !
En ce moment, je me suffis d’un gommage (Gelée Gommante Douceur) et du Masque Purifiant niveau soin dominical.
Pas super fan de la Gelée Gommante Douceur que je trouve trop très light (je ressens à peine les granulés sur ma peau) mais peut-être ai-je tort de chercher à trop « brusquer » ma peau en imaginant que seuls des gros grains qui décapent l’épiderme pourront éliminer les impuretés ?
Quant au Masque Purifiant, j’en suis fan depuis des années, il ressert les pores et lisse le grain de peau. Si vraiment je me la joue ch*euse, j’évoquerai la difficulté à sortir la pâte hyper compacte du tube mais autrement : un indispensable pour moi !
J’applique tous les soirs la crème Hydra Light qui répond à ses promesses : hydrate sans graisser la peau, pas d’anarchie cutanée au réveil et peau revitalisée. Juste bien comme il faut.
L’Elixir des Reines de Sanoflore composée de Gelée royale pure qui permet de « revitaliser l’épiderme » : une odeur divine, une peau lissée, veloutée, repeuplée instantanément, magique !
Concernant ma crème de jour, c’est la Filorga « Time-Filler Mat soin perfecteur rides + pores » que j’utilise. J’étais un peu sceptique en me disant qu’elle n’était peut-être pas vraiment appropriée (ben oui, un anti-rides à 26 ans tu sens dangereusement le botox à 35 quoi…)

2

CÔTÉ MAKE-UP

Mes envies et ma routine « teint » ont pas mal évolué ces dernières années. Longtemps complexée par ma pâleur, je me suis escrimée à toujours prendre des fonds de teint et/ou poudres de soleil un ton au-dessus de ma carnation. Ce n’était pas faute d’être avertie par les conseillères « beauté » et autres esthéticiennes « il faut toujours prendre un fond de teint dont la couleur s’approche le plus de celle de la peau et dont la texture s’adapte à celle-ci »; en l’occurrence, je dois quasiment toujours m’orienter vers la couleur la plus claire (celle qui fait peur quand tu la vois dans le flacon tellement elle est blanche) et une texture plutôt matte (peau mixte oblige). Et il y a peu, je suis finalement tombée sur LE fond de teint que je préfère au monde : le Lingerie de Peau de Guerlain ! Je ne sais pas trop par quelle magie ce fond de teint parvient à unifier et illuminer la peau, camoufler les rougeurs tout en étant vraiment imperceptible et peu couvrant… Le pro du teint Guerlain a finalement réussi cet exploit !
Je reste fidèle à la Terracotta (la 1, forcément) depuis des lustres, été comme hiver (malgré quelques tentatives pour innover : mention très spéciale à la poudre Bonne Mine Givenchy Croisière légèrement irisée qui fait super peur -elle semble très foncée dans le boitier donc on a un peu peur de passer pour le sosie officiel de Donatella Versace- mais qui illumine et bronze magnifiquement !)
Pour la poudre matifiante venant fixer le fond de teint, j’ai été agréablement surprise par la poudre compacte matifiante Sephora qui est vraiment efficace ! J’ai cependant hâte de tester la poudre universelle libre Chanel recommandée et adorée par Mon Blog de Fille.
Quant au maquillage des yeux, je voue un véritable culte aux fards Shu Uemura depuis que je sais tenir des pinceaux : j’adore la variété de couleurs, la pigmentation, la tenue. Mais… mais… MAIS… je suis tombée récemment, totalement, irrémédiablement sous le charme des palettes Naked d’Urban Decay comme bon nombre d’entre nous toutes, make-up addicts ! TOUTES les couleurs de la palette sans exception sont magnifiques, naturelles, très bien choisies, très pigmentées, ont une excellente tenue et m’ont véritablement réconciliée avec les fards irisés et même finement pailletés ! Je ne connais pas une personne qui ait été déçue par ces palettes.
Venons-en aux sourcils… Aaaaaah la fameuse ligne des sourcils… Je n’avais pas conscience de l’intérêt de maquiller ses sourcils jusqu’à il y a un an : et pourtant, ça change tout ! Moi qui ai des sourcils trop courts et légèrement tombants, j’ai réellement vu une différence en les redessinant légèrement. Pour ce faire, j’ai trouvé mon Graal : le crayon à sourcils Shu Uemura après avoir été déçue par le Benefit (trop léger, gras et qui ne tient pas bien) et le Dior (trop intense, pas assez discret).

Voilà, je m’arrête là pour la présentation de ma « base-de-la-base-des-essentiels-incontournables-que-j’emporterais-sur-une-île-déserte ». Je vous réserve tout le le reste (mes tests, mes favoris, mes découvertes, mes déceptions, etc.) tout au long de ce blog ! 🙂

3

 

no comments
Add a comment...

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

UA-50141099-2
Menu